Blog du e-business
10 façons de tuer votre taux de conversion

10 façons de tuer votre taux de conversion

Il n’y a pas que le trafic sur le Web ! Il y a aussi et surtout la conversion… Pourtant, de nombreuses entreprises n’y prêtent pas l’attention requise et font des erreurs faciles à éviter. Souvent, elles se plaignent que malgré un trafic qu’elles jugent suffisant, voire important, le chiffre d’affaires n’est pas à la hauteur. La faute à quoi ? A la conversion bien sûr !

Dans cet article, vous trouverez les dix principaux facteurs “tueurs de conversion” à éviter, des recommandations pour rester en contact avec votre audience, des conseils pour la conception de vos contenus et des idées pour générer plus de conversions. En route vers la croissance…

1 – Vous ennuyez votre public avec un contenu banal

OK, vous avez donc convaincu vos prospects de visiter votre page d’accueil. Ou mieux encore, ils se sont inscrits à votre liste de diffusion. C’est très bien ! Maintenant que vous avez leur attention, la dernière chose que vous souhaitez est bien de les ennuyer et de gâcher leur intérêt pour votre entreprise. Alors, fournissez-leur un contenu de qualité, utile, pertinent et agréable.

Ce qu’il faut faire :

  • Découvrez les formats et thèmes de contenus que votre audience préfère.
  • Recherchez des idées de sujets sur des groupes de discussions tels que Quora, LinkedIn, Google Trends et dans les commentaires de votre blog.
  • Rédigez des contenus qui répondent aux questions que vos prospects vous posent dans la vraie vie.
  • Utilisez des sondages pour demander à votre public de vous faire part de ses attentes.
  • Analysez votre contenu le plus attrayant et reproduisez-le sous un angle différent ou en l’approfondissant.
  • Trouvez des idées pour d’autres contenus utiles en fonction de ce que les lecteurs téléchargent sur votre site.
  • Analysez les sites de vos concurrents et identifier leurs meilleurs articles pour vous en inspirer.

2 – Soyez clair sur vos intentions

La seule question que vous ne voulez pas que votre audience se pose lorsqu’elle regarde l’un de vos contenus est : “Que dois-je faire maintenant ?”.

Que les visiteurs viennent sur votre site web à partir d’une annonce Google Ads, d’un courriel ou d’un post de réseau social, l’étape qui suit la lecture, ou le visionnage s’il s’agit d’une vidéo, doit être évidente. Ils ne peuvent pas perdre leur temps à se demander ce que vous voulez qu’ils fassent dès qu’ils ont vu, et peut-être apprécié, votre contenu. Vous devez les orienter vers l’action que vous souhaitez les voir effectuer.

Les choses à faire :

  • Quand ils ont vu votre contenu, ne laissez pas les lecteurs deviner quoi faire. Dites-leur ce que vous voulez qu’ils fassent : s’inscrire, télécharger, se connecter, passer une commande, être contacté, etc… Soyez précis !
  • Positionnez des Call-To-Action (CTA) aux endroits stratégiques de vos pages.
  • Soyez créatif avec vos CTA (Call-To-Action), pas seulement “Télécharger” ou “Soumettre”. Décrivez ce que les cliqueurs obtiennent et les avantages qu’ils en retirent, comme : “Devenez un membre VIP”, “Inscrivez-vous sur la liste A”, “Recevez un cadeau”, etc…
  • Diriger les clics d’une offre spécifique vers une landing page dédiée au lieu de votre page d’accueil.
  • Sur votre landing page, poursuivez la conversation que vous avez initié avec le contenu qui a provoqué le clic. Ne répétez pas ce que vous avez déjà dit et ne traitez pas les visiteurs comme si vous ne les aviez jamais vus auparavant.
  • Assurez-vous que les designs et l’ambiance générale de vos pages soient cohérentes tout au long de la navigation de votre visiteur, du contenu source à la landing page.

3 – Vous rendez la vie de votre visiteur plus difficile

Vous voulez intéresser le plus grand nombre de prospects possible, ok ? Cela inclut l’usage de tous les canaux possibles : envoi de courriels, rédaction d’articles de blogs, collecte d’inscriptions, promotion de produits ou services, bref à peu près tout.

Alors pourquoi utiliser des pages qui sont cassées, moches ou lentes sur les appareils mobiles ? Ou montrer des vidéos en utilisant Flash ? Ou créer de longs formulaires pour collecter des données que vous n’utiliserez probablement jamais ? Ou faire attendre vos visiteurs plus que le temps acceptable pour que votre contenu s’affiche sur son appareil ?

Rendez l’expérience de votre utilisateur aussi agréable et fluide que possible. Il n’a pas le temps d’hésiter, de pincer et de redimensionner, de changer d’appareil pour accéder au contenu. Si vous rendez vos contenus faciles d’accès, votre audience vous le rendra en visitant votre site régulièrement. Pour faire court : pensez UX (Expérience utilisateur) !

Les choses à faire :

  • Fournir un contenu accessible sur tous les appareils et systèmes (mobile first).
  • Réutilisez le sujet de votre contenu sur plusieurs plateformes pour atteindre un public plus large, mais sans duplicate content.
  • Fournissez des transcriptions de vos vidéos. Ajoutez des sous-titres. Faites un jeu de diapositives pour Slideshare. Et publiez un billet de blog. Tout ce qui facilitera la transmission de votre message.
  • N’utilisez pas de technologie obsolète ou trop récente. Concentrez-vous sur ce qui est actuel, fiable et bien établi.

4 – Vous n’aimez pas les mobiles, ils vous le rendent bien !

Aujourd’hui, les smartphones sont les appareils les plus utilisés pour lire les courriers électroniques, bien plus que les ordinateurs de bureau. Et si vos prospects ne peuvent pas lire et cliquer sur vos contenus à partir de leur téléphone, il est peu probable qu’ils se précipitent sur un ordinateur de bureau pour accéder à votre email ou à votre page web. Cela signifie que, dans ce cas, vous avez perdu un client potentiel.

En bref, une conception adaptée aux technologies actuelles et bien établies est indispensable. On parle de design “Mobile First”.

Les choses à faire :

  • Favorisez un design minimaliste.
  • Au lieu de forcer les lecteurs à faire défiler les pages, préparez un design concis et précis : par exemple, les designs de newsletters étroits à une seule colonne sont les plus efficaces.
  • Assurez-vous que les appels à l’action sont faciles à cliquer et bien séparés des autres contenus. La zone cliquable doit être au moins de 44 x 44 px. N’hésitez pas à ajouter de l’espace supplémentaire autour pour éviter les erreurs de clic.
  • Utilisez des polices plus grandes. Essayez 14px pour le texte normal et 22px pour les titres.
  • Amenez vos abonnés à une page d’accueil ou à une landing page adaptée aux téléphones portables.
  • Optez pour des pages web adaptées aux téléphones portables plutôt que pour des PDF téléchargeables.
  • Placez votre offre principale en tête pour attirer l’attention des lecteurs qui survolent plusieurs sites.
  • Vérifiez toujours comment vos courriels et vos pages s’affichent sur les appareils mobiles (y compris les images !).
  • Testez toutes vos pages sur l’outil Google dédié (l’outil est ici).
  • Évitez les objets graphiques inutiles en version mobile.
  • Privilégiez l’efficacité à l’aspect.

5 – Vous négligez la hiérarchie visuelle

Avez-vous identifié l’élément le plus important de votre courriel, de votre landing page ou de votre site web ? Votre audience le reconnaîtra-t-il facilement ? Suivra-t-il votre ligne de pensée lorsqu’il verra l’offre pour la première fois ? Telles sont les questions que vous devez vous poser avant de lancer votre prochaine campagne. Si vous n’y avez pas réfléchi, vous risquez d’avoir des mauvais taux de conversions.

Les choses à faire :

  • Travaillez soigneusement vos messages et vos landing pages. Supprimez les éléments inutiles et assurez-vous que les éléments importants ressortent. Pour chaque élément, posez-vous la question : “comment cet élément sert-il le lecteur ?”. S’il ne sert à rien, supprimez-le !
  • Utilisez des puces, des polices en gras et des images pour renforcer certains éléments.
  • Pensez à aérer vos pages pour permettre au lecteur de reprendre son souffle. Il faut impérativement éviter les blocs indigestes.
  • Si le lecteur ne peut pas comprendre votre message en moins de 8 secondes, c’est probablement trop compliqué.
  • Si vous en avez les moyens analysez les cartes thermiques pour voir comment vos visiteurs se comportent. Puis placez votre contenu en tenant compte de ces résultats.
  • Pensez à l’A/B testing, car vous n’avez pas “la science infuse”.

6 – Vous envoyez le même contenu à tout le monde

Selon une étude réalisée par GetResponse à la fin de l’année dernière, 42 % des spécialistes du marketing ne segmentent pas leur liste d’adresses électroniques.

Pourtant, il y a beaucoup d’avantages à segmenter ses listes de contacts.

Commencez par une simple segmentation basée sur le lieu, le poste occupé ou le secteur d’activité. Puis expérimentez des processus automatisés plus complexes basés sur les actions de vos abonnés : l’intérêt qu’ils ont porté à vos contenus, ce qu’ils ont acheté, combien ils ont dépensé dans votre boutique en ligne, la dernière fois qu’ils ont ouvert un e-mail reçu de votre part ou cliqué sur un lien, quelles pages ont-ils visité sur votre site, etc… Les possibilités sont très nombreuses.

Vous pouvez même mettre en place un système de “scoring” de vos prospects.

Une telle segmentation vous permettra d’affiner vos messages pour provoquer encore plus d’intérêt de la part de vos abonnés.

Ce qu’il faut faire :

  • Lorsque vous concevez votre programme d’email marketing, commencez par une stratégie de ciblage.
  • Utilisez le profilage progressif pour construire votre segmentation. N’essayez pas d’obtenir toutes les données d’un seul coup – un trop grand nombre de champs dans un formulaire d’adhésion fera forcément baisser vos conversions.
  • Simplifiez vos formulaires d’inscription et envoyez ensuite des enquêtes complémentaires pour demander plus d’informations.
  • Complétez les profils de vos abonnés avec des données comportementales.
  • Ne commencez pas avec un trop grand nombre de segments.
  • Envoyez un message ciblé à un groupe spécifique et analysez les résultats pour affiner vos prochaines actions.

7 – Vous ne savez pas comment dire “Merci”.

Vous avez un nouvel abonné sur votre liste ? N’oubliez pas de dire “merci”. Remercier votre abonné vous permet de créer une première impression positive pour vous aider à construire une relation constructive.

Choses à faire :

  • Dirigez les nouveaux abonnés vers une page de remerciement après leur inscription. Pourriez-vous offrir quelque chose en échange de l’inscription pour qu’ils partent du bon pied ?
  • Envoyez un courriel de bienvenue après l’inscription.
  • Créez une séquence d’auto-réponse de suivi pour entretenir la relation et vous assurer que l’abonné n’oublie pas qu’il s’est inscrit à votre liste.
  • Fournissez un contenu de qualité afin qu’il se souvienne de la raison pour laquelle il s’est inscrit au départ.

8 – Vous n’êtes pas digne de confiance

Vos contenus affirment que vos produits sont les meilleurs sur le marché. Que votre service clientèle est le plus compétent et le plus utile du secteur. Ces exemples sont légèrement exagérés, mais ils ne sont pas loin de ce que les équipes marketing et commerciales mettent souvent dans leurs messages et discours promotionnels.

La vraie question est la suivante : est-ce que ce type de contenus va intéresser un prospect ? Quelqu’un vous croira-t-il ? Il y a de fortes chances que non, à moins que quelqu’un d’autre ne vous soutienne avec une opinion objective. C’est pourquoi vous avez besoin de preuves sociales et d’éléments qui renforce la confiance que vous pouvez inspirer.

Des choses à faire :

  • Si vous faites partie d’une organisation qui certifie un service de qualité, ajoutez son logo sur votre site web !
  • Les clients vous ont-ils donné un retour favorable prouvant ce que vous avez communiqué ? Citez-les !
  • Faites témoigner vos clients et publiez ces témoignages sur votre site, sur vos réseaux sociaux.
  • Avez-vous déjà été présenté sur un site web ou un magazine populaire ? Mentionnez-le !
  • Publiez une liste de vos clients les plus prestigieux.

9 – Vous ignorez les chiffres et ne faites confiance qu’à votre instinct

Nous aimons tous nos propres idées, c’est un biais cognitif courant. Elles doivent être géniales – sinon, notre entreprise ne fonctionnerait pas, n’est-ce pas ? Nous sommes donc tous sujets au “vanity metric” !

Posez-vous la question : votre intuition vous oriente toujours dans la bonne direction ? Obtenez-vous toujours les meilleurs résultats possibles ? Êtes-vous vraiment convaincu d’avoir toujours raison ?

Des choses à faire :

  • Testez votre intuition et comparez-la avec des données pour voir si votre public ressent la même chose que vous.
  • Commencez petit, puis allez de l’avant. Ne vous submergez pas de données que vous n’utiliserez probablement pas.
  • Faites des tests A/B fréquents, même de petits tests sur les lignes de sujet ou les images d’en-tête.
  • Si vous n’optimisez pas, vous faites des compromis.
  • Ne vous reposez pas sur vos lauriers. Mettez-vous au défi de temps en temps.
  • Si vous n’êtes pas sûr que votre intuition soit la bonne, commencez par la soumettre à un échantillon de votre audience.

10 – Vous êtes anonyme, sans personnalité

N’est-il pas plus agréable de communiquer avec un être humain plutôt qu’avec une marque anonyme ? Laissez votre public vous connaître. Établir une relation forte avec votre audience induit de fortes conversions – c’est aussi simple que cela. Mais pour cela, vous devez montrer votre vrai visage, votre véritable personnalité.

Des choses à faire :

  • Montrez-vous tel que vous êtes au quotidien, ne vous construisez pas un personnage.
  • Utilisez des e-mails laissant apparaître votre nom afin que les gens peuvent facilement vous identifier.
  • Créez une stratégie qui inclut des webinaires fréquents. Faites une démonstration de votre produit ou service en personne. Fournissez vous-même des contenus éducatifs pertinents pour vos clients actuels et potentiels.
  • Placez sur votre site web les enregistrements de vos webinaires et d’autres vidéos mettant en scène des personnes réelles de votre entreprise.
  • Créez des communautés en ligne pour votre marque. Plus important encore, exploitez les communautés existantes qui ont déjà des liens solides. (Mais soyez utile, pas arrogant !)
  • Ajoutez le visage des membres de votre équipe à vos landing pages, articles, posts sur les réseaux, etc.

Vous êtes prêt pour convertir !

Voilà, si vous appliquez correctement toutes ces recommandations, votre taux de conversion devrait exploser. Si c’est le cas, dite-le-moi en commentaires.

Source : https://www.getresponse.com/resources/guides/10-conversion-killers

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *