Le retargeting (reciblage ou remarketing) est probablement la méthode de web-marketing qui donne les meilleurs résultats en terme de retour sur investissement (R.O.I.). Cela s’explique par le fait que c’est probablement la méthode de ciblage la plus précise pour segmenter et qualifier une audience. Mais pour les non-professionnels du Web, cette méthode reste assez floue notamment dans sa mise en oeuvre. Voilà donc 5 astuces pratiques qui vont vous aider à comprendre et à réussir !

Au commencement du retargeting, il y a un site Web bien structuré

Ah la structuration d’un site Web ! Un sujet qui peut prendre des allures de guerre civile si vous le soumettez à une équipe composée d’un designer, d’un codeur et d’un web-marketeur ! Et si en plus vous y intégrez un spécialiste de l’UX (expérience utilisateur), alors là ça peut devenir vraiment sanglant !

Aujourd’hui, je vais mettre tout le monde d’accord.

Celui qui doit décider de la meilleure structure pour un site, c’est… l’internaute ! Mais nous y reviendrons, ce n’est pas le sujet du jour. Par contre nous pouvons anticiper les souhaits de l’internaute en les identifiant et nous en servir pour imaginer une stratégie digitale propre à capter de nouveaux clients et à fidéliser les anciens.

En effet, ce que nous devons connaître pour réussir notre retargeting et bien préparer notre site Web à cette technique, ce sont les intentions des visiteurs du site. En clair, quelles sont les réponses que nous devons leur apporter et donc quels sont les thèmes que nous devons aborder dans notre contenu ? Après une étude minutieuse des intentions des prospects que nous cherchons à convaincre, nous pourrons commencer à définir une stratégie de production de contenus (content marketing) propre à leur donner satisfaction. Et vous verrez qu’après avoir défini cette stratégie de contenus, la structure de votre site Web deviendra tellement évidente que plus personne ne la remettra en cause.

  • ASTUCE N° 1 : étudiez les intentions de vos prospects.
  • ASTUCE N° 2 : structurez votre site Web en fonction de ces intentions.

Le TAG : placer un bout de code sur votre site pour tracker le visiteur

Pour que les plateformes publicitaires puissent suivre les internautes qui ont visité les pages de votre site, vous devez y placer quelques lignes de code appelé « tag ». Pour Facebook, ce tag se nomme PIXEL alors que pour LinkedIn, il s’appelle l’INSIGHT. Mais il s’agit bien de la même chose qui va réaliser la même fonction : déposer un cookie sur l’ordinateur du visiteur qui est venu sur une page de votre site.

A partir de là, le visiteur est dit « tracké ». Comprenez que s’il pointe le bout de son curseur sur la plateforme à laquelle le tag appartient, celle-ci le reconnaîtra immédiatement. En plus, elle pourra identifier les pages que le visiteur tracké a visité sur votre site. Et quand on possède cette information, on peut facilement en déduire ce qui intéresse cet internaute.

Voilà, maintenant on sait qui cherche quoi. Il n’y a plus qu’à lui donner (enfin, lui vendre !).

  • ASTUCE N° 3 : sur toutes les pages de votre site, placez les tags des plateformes les plus importantes (Facebook, LinkedIn, Adwords, YouTube, Twitter).

Retargeting et audience ciblée : le doublé gagnant !

Dès lors que vous savez suivre les internautes qui ont visité l’une des pages de votre site et que vous savez qui a visité quoi, vous pouvez agir. Ah oui, quand je dis « qui », rassurez-vous on ne peut pas identifier nominativement les internautes trackés, juste leur cookie ! N’empêche que vous pouvez commencer à constituer des listes de visiteurs qui ont visité une page précise, ou un groupe de pages correspondantes à un thème (une intention) précis.

Notez que les visiteurs ne sont pas repérés par leur nom ou quoi que ce soit d’autre appartenant à leurs données personnelles, mais juste par leur comportement sur votre site.

Là, vous comprenez l’importance de la bonne structuration de votre site et de la pertinence de votre contenu.

Listes thématiques et audiences personnalisées

Vous avez tous les outils pour commencer à constituer des listes thématiques et cibler les bons internautes. Ces listes sont appelées audiences personnalisées sur la plupart des plateformes. Vous l’avez compris, il suffira d’indiquer aux différents systèmes comment constituer ces audiences en leur indiquant les url des pages qui répondent à une même intention. Ceci est très simple.

Disons que vous êtes une SSII. Dans l’audience N°1, vous regrouperez tous les internautes qui ont visité les pages qui concernent le big data et dans l’audience N°2, tous ceux qui ont visité les pages qui concernent la data visualization. Ensuite, il sera très facile de créer des publicités ciblées qui s’adresseront à l’une ou l’autre de ces audiences.

Vous pouvez créer autant d’audiences que vous le souhaitez. Attention toutefois : pour des raisons de confidentialité, sur toutes les plateformes, une audience ne devient utilisable qu’une fois qu’elle a atteint un certain nombre de membres, en général 300. C’est seulement à partir de cette limite que votre tracking pourra être utile à vos campagnes marketing.

  • ASTUCE N° 4 : placez les tags des plateformes le plus tôt possible, c’est gratuit.

Campagnes de publicité en ligne hyper-ciblées

Dès que vos audiences sont créées et utilisables, vous pouvez démarrer des campagnes de publicité hyper-ciblées. Alors, seuls les visiteurs de certaines pages seront sollicités par ces annonces, ce qui explique les excellents taux de transformation obtenus avec cette technique.

  • ASTUCE N° 5 : respectez bien les intentions de votre audience ciblée dans vos messages publicitaires.

A vous de faire du retargeting !

Maintenant, pour faire un pas de plus dans votre maîtrise du marketing digital (en B2B ou B2C),  c’est à vous de jouer.

Si vous souhaitez de l’aide, cliquez sur le bouton ci-dessous, nous sommes là pour ça !

Je veux être aidé pour mettre en place le retargeting >>>
Patrick DUHAUT

Expert e-business depuis 1993.
Électronicien de formation, puis informaticien depuis 1980, j’aime la technologie. C’est donc tout naturellement que j’ai consacré mon activité professionnelle au Web dès ses premiers pas.
Pendant ces nombreuses années, j’ai créé et monétisé des centaines de sites pour mon compte ou celui d’autres entreprises.
Au fil du temps et des expériences, je suis devenu un growth hacker.
Aujourd’hui, j’aime partager et transférer mon savoir aux chefs d’entreprises désireux de réussir dans ce nouveau monde numérique. Mais, je continue à passer des heures devant mon clavier à mettre en oeuvre ce que je préconise pour leur permettre de constater très concrètement les bénéfices d’un bon webmarketing !