La Web Académie

Les algorithmes dans le Web

Un ordinateur est une machine qui est capable d’exécuter des tâches répétitives assez simples à une vitesse élevée. C’est tout. Rien de plus.

Lorsqu’on souhaite qu’un ordinateur exécute des tâches complexes, il est indispensable de découper ces tâches complexes en opérations simples compréhensibles par la machine. Définir ces tâches et les organiser en vue de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat est ce qui constitue le cœur des algorithmes.

Un algorithme est donc une suite de commandes simples qui visent à obtenir un résultat que l’ordinateur communiquera à son utilisateur.

Exemple d’un site Web

Prenons un exemple qui nous intéresse, celui d’un site. Disons un blog.

L’objectif, ce qu’on demande à l’ordinateur, est d’afficher des articles en les organisant par date, catégorie et auteur. Voyons comment décomposer un algorithme simplifié qui se chargera de cette tâche.

  • Regarder s’il existe des articles dans la base de données;
  • Mettre les articles en mémoire en vue de les afficher;
  • Récupérer les critères d’affichage définis par l’utilisateur (date, auteur, catégorie);
  • Organiser les articles en fonction des critères d’affichage;
  • Afficher les articles.

Cette première étape se nomme l’analyse algorithmique ou l’analyse fonctionnelle.

Ensuite, on devra traduire ces opérations dans un langage que la machine comprend. Ce langage n’est pas toujours le même (PHP, ASP, RUBY, etc…). Il dépend de différentes contraintes techniques et sera choisi en fonction d’elles. C’est l’étape de codage, ou programmation.

Voilà, vous savez, en théorie, ce qu’est un site Web et comment en créer un.

Sur Internet tout, ou presque, est un site Web !

Le première erreur que font les novices est de croire que Google, Facebook ou encore Instagram ne sont pas des sites Web. Ils se trompent. Toutes ces plateformes sont des sites Web qui suivent bien la même logique : elles utilisent des algorithmes pour fonctionner.

Les objectifs des algorithmes de ces plateformes, moteurs de recherches ou réseaux sociaux, sont similaires : afficher des informations conservées en base de données en fonction de critères définis par leurs propriétaires et/ou leurs utilisateurs.

Même lorsqu’il s’agit d’applications mobiles, le principe reste fondamentalement le même.

Que savons-nous des algorithmes utilisés par Google et les autres ?

Rien !

Enfin, rien d’autres que ce que ces mastodontes du Web veulent bien nous dire. Nous disent-ils toute la vérité ? Certainement pas. On peut le comprendre, la nature même des algorithmes qu’ils utilisent et qu’ils ont créés, relèvent de la propriété intellectuelle et du secret industriel.

Mais on peut être malin et appliquer un principe de base : ce qu’un ingénieur a fait, un autre peut le défaire… Et on va parler de rétro-ingénierie.

Comprendre les algorithmes

Pour être en mesure de comprendre les algorithmes, il faut déjà comprendre quels sont leurs objectifs et quelles sont les informations dont ils disposent. Considérons l’algorithme comme une boite noire dont on ne connait que ce qui y entre et que ce qui en sort. A partir de là, avec un peu d’imagination, ce n’est pas bien compliqué d’imaginer ce qui se passe à l’intérieur.

Google : un algorithme pour répondre aux questions des internautes…

Que ce soit Google ou un autre moteur de recherche, le principe de fonctionnement est assez simple à imaginer :

  • En entrée, Google dispose de toutes les informations qu’il est capable de mesurer sur un site : le nombre de visiteurs, le nombre de pages vues, la durée de visite, le taux de rebond, etc… mais il a également accès à d’autres sources pour collecter les données dont il a besoin comme, par exemple, Chrome ou Gmail. On estime que Google dispose de plus de 200 critères qu’il peut utiliser pour son algorithme.
  • En sortie, Google doit répondre de la façon la plus pertinente possible aux questions des internautes en optimisant le classement des pages qu’il a indexées.

Avec ces informations, en faisant varier les paramètres d’entrée et en mesurant les résultats en sortie, nous pouvons comprendre ce que fait l’algorithme avec une bonne précision. Et si nous pouvons le comprendre, nous pouvons répondre à son besoin et en tirer avantage tout en respectant les guidelines (Google nous lit aussi !).

Facebook : un algorithme pour mieux vous cibler

Le but de Facebook et des autres réseaux sociaux est différent. Ces plateformes cherchent à identifier votre profil de consommateur le plus précisément possible pour ensuite le vendre à des annonceurs :

  • En entrée, Facebook dispose de toutes les informations que vous lui communiquez : ce que vous publiez, ce que vous likez, ce que vous partagez, ce que vous commentez… mais aussi les sites que vous visitez, et beaucoup d’autres choses. Bref, là aussi il y a probablement des centaines de critères qui sont évalués.
  • En sortie, Facebook propose à ses membres des contenus susceptibles de les intéresser, voire de les engager (Likes, Partages, Commentaires).

Facebook vise l’engagement des internautes. Il considére cet engagement comme une validation de l’intérêt que ses membres portent à un sujet précis. Ou mieux, il considére cet engagement comme un accord pour recevoir une sollicitation commerciale sur un sujet précis. En provoquant l’engagement des internautes, Facebook est donc capable de constituer des audiences hyper-ciblées réactives et rentables pour les annonceurs.

Youtube : un principe ancien mais qui fonctionne toujours

Le but de Youtube est sensiblement le même que celui des autres réseaux sociaux : regrouper les audiences par centres d’intérêt hyper-ciblés. Ce qui est intéressant dans ce cas, c’est de faire le parallèle avec la publicité télévisée. Là où la télévision trouvait une limite : le nombre de programmes pouvant être diffusés dans une journée, Youtube, par nature, dépasse cette limite. Il devient donc beaucoup plus puissant bien que le principe de base reste similaire.

En revanche, ce que n’avait probablement pas prévu les créateurs de Youtube, c’est que la plateforme devienne le deuxième moteur de recherche, après Google. L’algorithme de Youtube est donc probablement le résultat d’un croisement entre les deux types d’algorithmes dont nous avons parlé précédemment.

Tout ça pour ça !

Finalement, le but ultime de ces algorithmes est de permettre à ceux qui les ont conçus de générer de plus en plus de chiffre d’affaires. Loin d’être anecdotique, cet objectif doit être pris en compte par les entreprises qui souhaitent appuyer le développement de leur stratégie numérique sur ces plateformes.

Bref, ces algorithmes existent pour fournir à des annonceurs l’accès à des audiences hyper-ciblées réceptives à leurs discours commerciaux. Tout ça en échange de quelques pièces de monnaie…

Conclusions : ignorez les algorithmes et ils vous ignoreront !

Effectivement, c’est un fait.

Aujourd’hui, plus de 90% des pages Web qui existent ne reçoivent aucun trafic issus des moteurs de recherche ou des réseaux sociaux. Simplement parce que leurs exploitants ne tiennent aucun compte des algorithmes dont nous venons de parler. La plupart préfèrent un “beau” site alors que c’est un critère subjectif qu’aucun algorithme au monde n’est capable d’évaluer… incroyable, non ?