Blog du e-business

Page d’accueil : soyez direct et différencié

La page d’accueil d’un site Web, aussi connue sous le vocable home-page pour les plus téméraires d’entre nous, est un sujet récurrent qui est souvent abordé lors de mes premiers entretiens avec un prospect. Au sujet de cette fameuse page, on me pose plusieurs questions : comment doit-elle être construite ? Que doit-on impérativement y trouver ? Voici quelques pistes de réflexions sur le sujet.

La page d’accueil n’est pas si importante que vous le pensez…

Je vais commencer par casser le mythe : la page d’accueil, finalement, n’est pas la plus importante d’un site Internet.

Elle ne sera essentiellement vue que par les personnes qui connaissent déjà votre entreprise ou votre marque. En effet, dans la grande majorité des cas, les prospects qui vous intéressent, ceux qui ne vous connaissent pas, devraient arriver sur le site Web par une page qui répond spécifiquement à la question qu’ils ont posé à un moteur de recherche. Et cette page sera rarement la page d’accueil mais plutôt une page interne au site, comme une landing page ou une page de blog.

Bon, ceci est vrai à partir du moment où le référencement naturel du site en question est bien travaillé.

Mais pour ceux qui auraient entendu parler de votre société par l’un de vos clients, qui vous auraient rencontré dans une réunion de réseautage ou dans un salon, il convient malgré tout de la soigner. Car ces visiteurs entreront le nom de votre entreprise dans Google et arriveront probablement sur la page d’accueil du site.

Bien entendu, cette affirmation ne vaut que pour les TPE, les PME et certaines ETI. Les grandes entreprises travaillent beaucoup plus sur la notoriété de leur marque que sur l’acquisition au sens « Internet » du terme. Pour elles, la page d’accueil est stratégique.

…mais ce n’est pas une raison pour la négliger !

Maintenant que les choses sont claires, il va falloir malgré tout construire une page d’accueil qui soit efficace.

En terme de design, comme toujours, on favorisera un design léger pour favoriser des temps de chargement courts et une lisibilité maximale notamment sur mobiles. Encore une fois, méfions-nous des agences Web qui ont une fâcheuse tendance à surcharger la page d’accueil pour flatter la vanité de leur client ou la leur, allons savoir. C’est souvent fait, à tord, au détriment des autres pages du site qui ne deviennent que des déclinaisons de la sacro-sainte home page. Alors que Google attend exactement l’inverse. Bref, c’est un autre sujet.

La page d’accueil devra faire apparaître les informations suivantes :

  • Qui êtes-vous ?
  • Que faîtes-vous ?
  • Pour qui ?
  • Comment vous joindre ?

Et tout ça au-dessus de la ligne de flottaison, dans un langage clair et direct.

SECRETS DE WEBMASTERS

Recevez nos trucs et astuces pour booster votre business digital.

Qui êtes-vous ?

Sur ce point précis, nous voyons rarement d’erreurs. En général, le logo, le nom de la société sont bien placés et bien visibles. En outre, le nom de domaine est quasiment tout le temps très clair : c’est le nom de la société.

Utiliser la tagline pour être reconnu !

Il faudra bien utiliser la tagline du site (c’est le slogan, cette phrase qui devrait apparaître sous le nom du site) pour préciser l’activité de la société ou son identification.

Parfois, lorsque la concurrence est forte, il peut être utile de préciser. Par exemple, qui peut faire la différence entre les deux boulangeries de sa commune uniquement par les noms de famille des propriétaires ? Ainsi on préfèrera « La boulangerie en face de la mairie » à « La boulangerie Michaud ». « La boulangerie Michaud, en face de la mairie » étant un bon compromis.

Que faîtes-vous ? Soyez différencié !

C’est vraiment le point où nous constatons le plus de problèmes. Généralement ces problèmes peuvent être regroupés en deux familles.

Là aussi, un usage intelligent de la tagline peut aider.

1/ Les perchés

Je vais passer rapidement sur cette famille d’entreprises car on navigue en plein délires de communicants.

C’est du vécu : une magnifique photo de montagne avec une accroche du type « Nous aidons nos clients à s’élever » pour un cabinet de recrutement, c’est peut être flatteur pour le dirigeant, satisfaisant pour l’égo du créatif qui l’a pondu, mais parfaitement contre-productif pour le référencement et bien opaque pour un internaute qui arriverait, par pur hasard, sur cette page. Va-t-il comprendre où il se trouve en moins de 2 secondes ? Peu probable.

Un autre exemple vécu : une superbe photo de poisson exotique pour un cabinet de coaching de vie, accompagné d’une accroche tellement improbable que je ne m’en souviens plus ! Après avoir questionné certains des stagiaires que je forme en leur montrant le site et en leur posant la simple question : « que font ces gens », j’ai eu le choix parmi : impression 3D, développement de photographies ou vente d’animaux exotiques. Mais on ne m’a jamais donné la bonne réponse. Édifiant.

2/ Les sachants qui s’ignorent

Je fais un peu de provocation ici, mais vous allez comprendre le bien-fondé du titre de ce paragraphe.

Pour être synthétique, sur le Web, il n’y a que trois place à prendre. Les trois premières positions des pages de résultats de Google. Et malheureusement, il y a bien plus que trois concurrents qui veulent ces places. C’est donc une lutte difficile voire acharnée.

Mais une fois sur le podium, ce n’est pas fini : il faut attirer des clics, le maximum de clics. Et pas n’importe quels clics : des clics qui convertissent !

Pour réussir, nous avons besoin d’une forte différenciation et d’un message impactant, court et efficace. Il est donc capital d’attirer le chaland sur son site en étant très clair avec lui sur la nature de la réponse proposée. Et cette clarté doit être est mise en avant dès l’annonce qui paraît sur les moteurs de recherche.

Et, je peux assurer que c’est loin d’être le cas de toutes les entreprises que je rencontre. Pourtant, dès qu’on questionne sur le sujet, les réponses arrivent. Bien entendu, la plupart des entreprises savent exactement ce qu’elles vendent, pourquoi et comment elles le vendent. Mais elles ont beaucoup de mal à l’exprimer et encore plus à le résumer en deux ou trois lignes. C’est pourtant cela qu’il faut faire pour être visible et différencié. C’est ce que j’appelle les sachants qui s’ignorent.

Pour qui ?

Il est indispensable d’expliquer le plus tôt possible à qui s’adresse l’offre mise en avant. Pour éviter de perdre du temps avec des prospects non pertinents, pour éviter de dépenser inutilement de l’argent dans des campagnes SEA qui captent des clics mal ciblés.

Je me souviens de ce client qui voulait absolument être premier sur « rachat de crédit » alors que je l’avais déconseillé. Il se plaignait de ne recevoir que des prospects en interdiction bancaire qui cherchaient des solutions pour épurer leur crédit à la consommation alors qu’il visait des propriétaires qui voulaient renégocier leur prêt. Il est préférable de cibler la qualité plutôt que la quantité, la niche plutôt que la masse.

Il ne faut pas hésiter à préciser dès l’annonce à qui l’offre s’adresse, mais cela devra impérativement apparaître sur la page d’accueil, au-dessus de la ligne de flottaison.

Comment vous joindre ?

Le plus incroyable c’est qu’après avoir fait tant d’effort de référencement, dépenser tant d’argent pour obtenir une bonne visibilité, on trouve encore des sites avec lesquels il faut se battre pour savoir comment joindre un interlocuteur capable de répondre aux questions que l’on se pose.

C’est peut-être inutile à préciser pour certains, mais il est indispensable d’afficher un numéro de téléphone, tout en haut et bien visible, de mettre un bouton « contactez-nous » et d’indiquer l’adresse des locaux avec éventuellement un plan d’accès.

Et le design ?

Si tous les points ci-dessus sont respectés, vous pouvez ce que vous voulez en terme de graphismes. mais attention à bien respecter les exigences de Google : votre site doit être « mobile-first », rapide et facile à utiliser… Mais j’en ai déjà parlé.

Patrick DUHAUT

Patrick DUHAUT

Professionnel du Web depuis 1993. Électronicien de formation, puis informaticien depuis 1980, j'aime la technologie. C'est donc tout naturellement que j'ai consacré mon activité professionnelle au Web dès ses premiers pas. Pendant ces nombreuses années, j'ai créé et monétisé des centaines de sites pour mon compte ou celui d'autres entreprises. Au fil du temps et des expériences, je suis devenu data-marketeur et growth-hacker. Aujourd'hui, j'aime partager et transférer mon savoir aux chefs d'entreprises désireux de réussir dans ce nouveau monde numérique. Mais, je continue à passer des heures devant mon clavier à mettre en oeuvre ce que je préconise pour leur permettre de constater très concrètement les bénéfices d'un bon webmarketing ! Car pour moi, Internet n'a d'intérêt pour une entreprise que s'il lui sert à améliorer sa croissance...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prêt.e pour en savoir plus ?