Blog du e-business

Quid de votre indépendance numérique ?

L’incendie de la société OVH a montré des failles sur lesquelles j’attire toujours l’attention de nos clients dès que l’occasion m’en est donnée : sauvegardes non fiables, remises en activité incertaines, basse disponibilité des données, etc… Malheureusement, mes avertissements ne sont pas toujours écoutés jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Profitant des malheurs de notre fleuron national (CQFD), je liste les points que tout exploitant d’un site Web devrait surveiller, à fortiori si c’est un site qui génère du chiffre d’affaires.

Un site Web, c’est d’abord un hébergement

On ne le répètera jamais assez, mais un site Web c’est un programme informatique stocké sur un ordinateur connecté à d’autres ordinateurs. Ce n’est rien ne plus, mais rien de moins. Alors négliger l’ordinateur hôte et/ou le programme qui constitue le site est une hérésie.

Un bon serveur favorise le SEO

Si on regarde la pyramide du référencement, on comprend bien l’importance de la technique. C’est sur elle que s’appuie toute la stratégie de référencement d’un site Web. Ne pas en tenir compte, c’est renoncer au SEO, simplement. Et renoncer au SEO, c’est également s’interdire de faire des affaires sur le Web grâce au référencement naturel.

Il donc impératif de disposer d’un hébergement rapide et fiable, le low-cost n’est pas adapté au SEO.

Pyramide SEO
Pyramide SEO

Hébergement Web : la fiabilité avant tout !

La rapidité qui favorise le temps de chargement des pages d’un site Web n’est pas utile si le serveur n’est jamais disponible. Il est donc impératif de choisir des hébergements puissants et dont le temps de disponibilité est élevé. Le serveur doit donc être fiable et comme il n’est pas possible de prévoir une éventuelle panne, il doit être redondé : en cas de panne, un autre ordinateur doit immédiatement prendre le relais. En optant pour ce type de solution, la coupure de service n’est que très rare.

Mais contrairement à ce qui s’est passé chez OVH, l’ordinateur redondant (on peut parler de miroir) ne doit pas se trouver sur le même site, et encore moins dans le même datacenter !

Un site Web, c’est aussi des lignes de codes

Le code, le programme, qui constitue le site doit être optimisé, facilement maintenable et portable. Ces deux derniers points impliquent que l’on évitera de travailler avec des agences qui ne proposent que du code dit propriétaire (code qu’elles ont créé et qui rend la maintenance et la portabilité plus difficiles pour les autres professionnels). Avec des arguties techniques douteux, ce choix est souvent imposé par certaines agences pour verrouiller leurs clients et les empêcher de changer de prestataires. C’est une pratique que je qualifie de déloyale, voire malhonnête d’autant qu’elle n’est que très rarement justifiée.

Pour un site Web à vocation commerciale, on préférera des codes « open source » si aucune fonction très complexe n’est nécessaire. Par exemple, WordPress est un excellent choix.

Mais évitez d’utiliser les plateformes de création de site Web : vous n’avez aucune visibilité sur le code et ne pourrez souvent pas intervenir pour y ajouter vos propres fonctionnalités.

Vous devez rester le maître chez vous !

Le troisième problème que nous rencontrons régulièrement vient du fait que nos nouveaux clients n’ont souvent aucun accès à leur site, à leur hébergement ou pire à leur Registrar (Registraire en français).

Il s’agit soit d’ignorance voire de désinvolture. Parfois ces informations sont égarées (ce qui est un problème), mais parfois ces informations sont détenues par un prestataire qui ne les communique pas forcènement. Il suffit alors de leur demander pour les conserver en sécurité. S’il refuse, demandez-vous pourquoi… et changez de prestataire !

A qui appartient le nom de domaine ?

Le nom de domaine appartient à l’entité ou à la personne qui l’a déposé. Il est donc impératif que le nom de domaine de votre site soit déposé par vos soins. Même si un prestataire vous propose gentiment de le faire pour vous, refusez ! Il peut vous aider, mais en aucun cas se substituer à vous.

A qui appartient le site Web ?

La création d’un site Web est assujettie à la législation du droit d’auteur. Un site Web appartient donc à celui qui l’a créé. Nous n’entrerons pas ici dans le détail, mais sachez que le design, le code et les bases de données sont traitées de manières différentes par la Loi.

SECRETS DE WEBMASTERS

Recevez nos trucs et astuces pour booster votre business digital.

Quid des outils gratuits connectés au site ?

De la même façon, vous devez avoir un accès total aux outils gratuits connectés à votre site. Par outils gratuits, j’entends essentiellement les outils d’analyses et d’optimisation proposés gratuitement par Google comme Google Analytics, Google Search Console, Google Tag Manager, etc…

Il est possible que votre Webmaster utilise aussi des outils payants, dans ce cas, libre à lui de les partager ou non, gratuitement ou pas.

Le devoir de conseils des professionnels

Ce qui m’énerve le plus, ce sont les manquements de certains professionnels, plutôt des aventuriers, quant à leur devoir de conseils. Ils préfèrent aliéner leurs clients à une offre verrouillée plutôt que de les former aux risques du Web et de leur laisser la liberté de changer de fournisseurs.

Avant de choisir un prestataire Internet, posez-lui les bonnes questions ! Le quizz ci-dessous vous y aidera.

Testez votre indépendance numérique

Pour vous aider à mesurer votre indépendance vis-à-vis de vos prestataires Internet, je vous ai préparé un petit quizz. Répondez à ces quelques questions et corrigez le tir s’il y a lieu !

Patrick DUHAUT

Patrick DUHAUT

Professionnel du Web depuis 1993. Électronicien de formation, puis informaticien depuis 1980, j'aime la technologie. C'est donc tout naturellement que j'ai consacré mon activité professionnelle au Web dès ses premiers pas. Pendant ces nombreuses années, j'ai créé et monétisé des centaines de sites pour mon compte ou celui d'autres entreprises. Au fil du temps et des expériences, je suis devenu data-marketeur et growth-hacker. Aujourd'hui, j'aime partager et transférer mon savoir aux chefs d'entreprises désireux de réussir dans ce nouveau monde numérique. Mais, je continue à passer des heures devant mon clavier à mettre en oeuvre ce que je préconise pour leur permettre de constater très concrètement les bénéfices d'un bon webmarketing ! Car pour moi, Internet n'a d'intérêt pour une entreprise que s'il lui sert à améliorer sa croissance...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Prêt.e pour en savoir plus ?