Aujourd’hui, je laisse la parole à François Mathieu, Cofondateur de Orson.io, la start-up idéale pour la création d’un site Internet.

1 milliard de sites internet dans le monde, et plus de 3,5 millions en France.

Vous comprenez avec ces simples chiffres pourquoi créer un site internet n’est en soit pas suffisant.

Le référencement de votre site doit être votre priorité lors de la création ou de la refonte de votre site web. C’est en effet grâce à la qualité de votre référencement que les moteurs de recherche vont bien qualifier le contenu de votre site web et le présenter aux bonnes personnes.

Tout le travail de référencement repose sur l’identification des mots clés utilisés par les internautes qui font une recherche en lien avec votre métier. Ceci implique donc, en préalable à la création de votre site internet, un diagnostic marketing précis.


Il existe en effet un nombre très important de mots clés et l’un des pièges principaux consiste à ne rechercher que les mots clés évidents.

Schématiquement, un mot clé beaucoup tapé par les internautes sera utilisé dans beaucoup de sites internet et acheté par beaucoup d’entreprises qui font du référencement payant ( SEA en anglais).

Un mot clé plus précis, on devrait dire une expression clé car composé de 4 ou 5 termes, sera moins souvent recherché par les internautes, il sera utilisé pour des demandes plus précises qui, si elles correspondent à votre offre, sont autant d’occasions d’achat.

C’est ce que les expert du SEO nomment la longue traine ( Long tail en anglais ).

A côté d’un mot clé très demandé et générique, l’objectif est d’identifier les milliers de mots clés qui, individuellement représentent peu de demandes, mais au final permettent de capter un trafic important et de qualité.

La bonne démarche consiste donc à réaliser un diagnostic marketing précis de votre entreprise pour déterminer quelles sont les aspérités de votre offre par lesquelles vous allez pouvoir capter un flux de visiteurs.

1. Faites un diagnostic marketing précis de votre entreprise.

Pour vous aider, voici une liste de questions simples auxquelles vous devez pouvoir répondre en quelques mots. Plus vos réponses seront concises et plus votre positionnement sera clair.

  • Quel est le métier de mon entreprise
  • Qu’est ce qui fait que mes clients sont satisfaits et parlent de moi ?
  • Quelles sont les principales caractéristiques de ma gamme de produits ?
  • Qui sont mes principaux concurrents ? Pourquoi ?
  • Qu’est ce qui fait ma différence ?

Cet exercice peut paraître simple, il l’est il demande juste de la rigueur pour vraiment vous imposer de formuler des réponses précises et caractéristiques de votre offre.

2. Faites une première liste de mots clés

A partir du travail que vous avez réalisé, faites une liste de 50 à 100 mots clés minimum qui vous semblent pertinents. Ne vous censurez pas et écrivez tous les mots clés auxquels vous pensez.

Vous pouvez demander à d’autres personnes de votre entreprise de faire le même travail. Dans ce cas fusionnez ensuite vos listes et enlevez les doublons.

Plus vous trouverez de mots clés meilleur ce sera pour la suite.

3. Faites une seconde liste de mots clés

Vous avez rédigé une liste de mots clés en tant qu’expert dans votre domaine d’activité. Sans même y prêter attention, vous avez utilisé des termes bien différents de vos futurs visiteurs. Il est important maintenant de leur demander quels mots ils utilisent.

Il n’y a rien de compliqué à cela, même si vous n’avez pas encore vos premiers clients. Voici quelques moyens simples d’obtenir les mots clés utilisés par vos cibles :

  • notez leurs questions à l’occasion de vos entretiens commerciaux. En général les questions posées à l’oral sont identiques à celles tapées sur les moteurs de recherche,
  • écoutez les argumentaires des vendeurs de vos concurrents en vous faisant passer pour un client mystère. Un bon vendeur parle la langue de ses clients et utilise donc sans même le savoir les bons mots clés. Une journée sur un salon, votre Smartphone pour enregistrer et le tour est joué,
  • allez sur internet et tapez quelques uns des mots proposés par vos futurs clients dans la barre de recherche et retenez les premières suggestions de Google.

En procédant ainsi, vous allez de nouveau constituer une liste de 100 à 150 mots clés. Si cela vous est possible; identifier les mots clés utilisés lors de l’acte d’achat.

Un client qui se renseigne, pose des questions, utilise des mots clés très différents de celui qui va passer à l’achat. En général, il est moins précis car il est en phase d’apprentissage.

Un exemple simple :

Un internaute qui recherche « achat panneau solaire » est au début de son processus d’achat. Il cherche à comprendre si l’installation d’un panneau photovoltaïque est pour lui pertinent ou non.

Un internaute qui recherche « achat panneaux photovoltaïques » est dans l’acte d’achat.

Vous comprenez que ces deux mots clés n’ont pas la même importance et ne devront pas forcément être utilisés au même endroit dans votre site.

4. Fusionnez les 2 listes

Si des mots clés sont proches entre les 2 listes, retenez celui donné par les clients. Le votre est certainement un mot clé utilisé par les gens de votre métier, pas par vos clients.

Il va vous rester 100 à 150 mots clés minimum. Classez ces mots clés en fonction de leur proximité avec votre offre. Les 30 à 50 premiers mots sont essentiels pour votre référencement les autres pourront être distillés dans votre site internet afin d’enrichir le vocabulaire utilisé et vous donner toutes les chances de toucher votre future cible.

Tout ce travail consiste à créer un champ lexical. Il repose sur le principe de la « longue traine ( long tail en anglais). L’idée est de vous positionner sur de nombreux mots clés très précis qui individuellement représentent peu de volume mais au total, représentent un volume très important de requêtes.

L’avantage majeur de cette méthodologie est de vous permettre d’identifier les mots clés qui n’intéressent pas les gros acteurs de votre marché qui le plus souvent achètent des mots clés plus génériques.

Vous évitez ainsi la confrontation directe avec des multinationales du web.

5. Testez vos mots clés

Allez sur votre moteur de recherche favori et tapez vos mots clés. Pour être au plus proche de la réalité mettez vous en navigation privée.

Pour chacun des mots regardez quelles sont les entreprises en première page ou simplement les 3 premières. Si ce sont des concurrents, le mot identifié est le bon. Il va maintenant falloir l’utiliser à bon escient dans votre site internet.

Ne négligez pas cette étape car les contresens sont toujours possibles. Exemple le mot “brasserie” ne correspond pas un mot clé de “brasseur traditionnel de bière” mais au champ lexical de la restauration traditionnelle.

Synthèse sur la méthode de recherche de mots clés

Bien sûr, vous pouvez utiliser des outils pour trouver vos mots clés.

Sachez que pour être efficace l’utilisation de ces outils demande de l’expertise métier pour éviter de définir un champ lexical qui soit imprécis voire pire non pertinent.

Enfin, si votre site est en plusieurs langues, ce travail est à mener dans les différentes langues car aussi curieux que cela puisse paraître les robots des moteurs de recherche ne parlent aucune langue.

Il recherche des signes qui sont différents d’une langue à une autre.

C’est maintenant à vous de jouer !

Visitez le site de l’auteur > Orson.io

Patrick DUHAUT

Expert e-business depuis 1993.
Électronicien de formation, puis informaticien depuis 1980, j’aime la technologie. C’est donc tout naturellement que j’ai consacré mon activité professionnelle au Web dès ses premiers pas.
Pendant ces nombreuses années, j’ai créé et monétisé des centaines de sites pour mon compte ou celui d’autres entreprises.
Au fil du temps et des expériences, je suis devenu un growth hacker.
Aujourd’hui, j’aime partager et transférer mon savoir aux chefs d’entreprises désireux de réussir dans ce nouveau monde numérique.