Vous avez lu cet article pour être premier dans Google et vous avez décidé de suivre une stratégie de marketing de contenu en espérant faire des étincelles en référencement naturel. Vous rédiger des textes attractifs pour vos visiteurs et optimisés pour le SEO. C’est très bien. Seulement voilà, Google ne vous suit pas et vos belles pages ne sont pas référencées. Elles ne vous apportent aucun visiteur ! C’est extrêmement frustrant et vous avez envie d’arrêter. Je le comprends (Ô combien !), mais poursuivez vos efforts, un peu différemment, et ça marchera. Alors voilà la technique pour positionner une page dans Google.

Google sait positionner une page, pas un site

C’est la première chose à retenir : Google indexe et référence des pages, pas des sites. Ainsi, seules vos pages pourront être positionnées dans les pages de résultats du moteur. Bien entendu, c’est tout le site qui profitera du bon référencement de vos pages. Mais, le travail de référencement et d’optimisation SEO doit se faire page par page, pas globalement (je simplifie volontairement).

C’est donc au niveau de la page que tout se passe. Et, pour avoir une chance d’être positionnée sur l’une des trois premières pages des résultats de Google, votre page doit être parfaite !

Pour être référencée, une page doit être techniquement irréprochable

La première condition pour un bon référencement, c’est de respecter les exigences techniques. Pensez toujours à la qualité de vos pages (cf cet article sur la qualité Web).

La vitesse de chargement

Nous en parlons souvent, mais autant les visiteurs que les moteurs de recherche apprécient des sites rapides. Alors bannissez les hébergements à bas prix mais poussifs, les serveurs mal configurés et les scripts mal faits.

La conformité W3C

Testez votre site pour connaître sa conformité avec les dernières préconisations en cours : validez votre site ici.

Corrigez ce qui doit l’être (même si tout n’est pas à suivre à la lettre).

Un audit global

Réalisez un audit de votre site pour savoir quelles erreurs il faudra corriger : auditez gratuitement votre site ici.

Choisir un sujet pour votre article

Pas toujours facile que de remplir une page blanche ! Et pourtant, c’est bien de ça dont il s’agit lorsque vous commencez à rédiger un texte. D’abord, je vous invite à lire cet article de la Web-Académie : Guide de la rédaction pour le Web.

Coller aux intentions de vos potentiels lecteurs

Même s’il est très important de plaire à Google pour positionner une page, votre principal objectif doit rester la satisfaction de vos visiteurs. Lorsqu’ils arrivent sur votre site (en l’occurrence sur votre page), c’est avec une intention bien précise. Ils cherchent une information, un service ou un produit. Vous devez donc identifier ce besoin et y répondre le mieux et le plus vite possible.

La première étape du chemin commence par le mot-clé. Quel mot-clé, ou expression-clé, vos potentiels visiteurs vont entrer dans Google pour vous trouver ?

Identifier quelles sont les intentions de vos prospects

Vous connaissez vos clients et vos prospects et vous savez ce qu’ils attendent de votre entreprise. Vous connaissez aussi les questions qu’ils se posent, les problèmes qu’ils rencontres. Par contre, vous ne savez peut-être pas comment ils vous cherchent (vous ou vos concurrents) sur Google.

Un truc tout simple pour savoir ce que vos prospects ont dans la tête est d’utiliser cet outil en entrant un mot-clé significatif de votre activité. Il vous retournera une série de questions posées par les internautes dans Google. Ce qui sera très utile dans l’étape suivante.

Choisissez un thème qui intéresse

Au paragraphe précédent, vous avez découvert un outil qui vous donne les questions posées par les internautes sur Google autour du mot-clé que vous avez choisi. Une idée toute simple consiste à titrer votre article avec une question choisie dans cette liste.

Identifier le meilleur mot-clé à cibler

Pour vous aider, Google met à la disposition des webmasters un outil gratuit très performant : le Google Keyword Planner. Il vous suffit d’être inscrit sur Google Adwords. En entrant un mot-clé, l’outil vous proposera une liste des mots-clés du même thème tapés par les internautes. Vous pourrez ainsi choisir le mot-clé le plus adapté à votre sujet.

Visez un volume faible, ce sera plus facile (et plus motivant)

Le Google Keyword Planner vous indiquera le volume de recherche mensuelle pour chacun des mots-clés qu’il vous proposera. Choisissez plutôt des volumes allant de 10 à 1000.

Le truc à faire, c’est de rester humble. Ne tentez pas de viser la première position d’une première page de résultats très concurrentielle dès le départ : vous n’y arriverez pas ! Il est préférable de viser un mot-clé – ou une expression-clé – plus modeste et capter quelques visiteurs plutôt que de retrouver sa page sur la vingtième page de résultats de Google, ce qui ne générera aucune visite !

Regardez ce que font vos concurrents

Vous avez une liste avec vos mots-clés, allez donc faire un tour chez la concurrence. Entrez votre mot-clé dans Google et regardez comment ils traitent le sujet. Notez les bonnes idées. Analysez les meilleures pages positionnées. Inspirez-vous en largement sans copier (c’est illégal et contre-productif). Combien ces pages ont-elles de mots ? Combien d’autres sites pointent vers elle ? Proposent-elles des photos, des vidéos, des infographies ? Observez et apprenez, vous devrez être meilleur qu’eux !

Maintenant, on rédige l’article

C’est la partie la plus chronophage du travail. Rédigez un article d’au moins 1.500 à 2.000 mots. Je sais que je préconise au moins 500 mots, mais habituez-vous à rédiger des textes plus long, ce ne sera que plus efficace ! Et pensez à suivre ces recommandations de rédaction.

Commencez par construire la structure de votre article. Parmi les idées relevées précédemment, notez les idées fortes et supprimer celles qui ne correspondent pas à votre thème (ou qui pourront servir pour un autre article). Structurer votre texte à l’aide de paragraphes titrés (les titres reprendront avantageusement des dérivés du mot-clé).

N’hésitez pas à apporter des informations utiles et à donner des exemples concrets. Parlez de vos lecteurs (pas de vous), de leurs problèmes, des solutions que vous proposez. Bref, rendez votre texte pertinent par rapport au mot-clé visé et utile à vos lecteurs.

Analysez, comparez et améliorez votre article

Votre article est terminé, enfin presque. C’est le moment de peaufiner. Relisez-le plusieurs fois, corrigez les fautes d’orthographes. Assurez-vous qu’il soit compréhensible par des néophytes (sauf si vous écrivez à l’attention d’un public ciblé et du même secteur que vous : ne les prenez pas non plus pour des idiots !).

Puis, analysez (cf analyse sémantique) et comparez votre page à celles de vos concurrents. Il existe de nombreux outils disponibles sur le Web pour cela. Améliorez votre page jusqu’à atteindre un niveau au moins équivalent à celle de votre concurrents le plus performant.

Publiez votre page et observez ses statistiques

Vous pouvez laisser mûrir votre page quelques semaines une fois qu’elle est publiée. Au bout de quelques semaines, vous relèverez les KPI. Si vos lecteurs aiment ce qu’ils lisent, vos KPI seront excellents. Vous referez une analyse comparative et apporterez les améliorations qui s’imposent pour bien positionner votre page sur les moteurs de recherche. Enfin, vous vérifierez et améliorerez cette page régulièrement tout au long de sa vie. Cela donnera à Google une information positive sur la fraîcheur de votre contenu.

Pour positionner une page : le netlinking

Voilà une étape cruciale et pas évidente à réaliser : faire connaître votre page en diffusant son lien. Il s’agit du netlinking.

Sur les réseaux sociaux

Diffuser votre nouvelle page sur tous les réseaux sociaux. Elle pourra ainsi récupérer quelques visiteurs qui aideront Google à établir sa pertinence en mesurant ses KPI. Cela accroîtra également la notoriété et la visibilité de votre site.

Sur d’autres sites Web

Essayez d’obtenir des liens vers votre page sur des sites qui traitent de la même thématique que la vôtre, sans exagérer (1 ou 2 liens par page peuvent suffire, mais regardez ce que font vos concurrents).

Google nous explique que ce type de lien entrant doit être laissé à l’initiative des webmasters qui apprécient vos écrits. C’est vrai qu’à partir d’une certaine notoriété, c’est ce qui se passe. Mais, au lancement d’un site, personne ne vous connaît. Il est donc très difficile d’obtenir de tels liens. Ce qui ruine vos espoirs pour positionner une page.

Vous devez donc partir à la chasse aux bonnes âmes qui accepteront de mettre un lien vers votre page sur leur site. Sur le Web, vous trouverez de nombreuses méthodes, plus ou moins douteuses, pour obtenir un bon netlinking. Attention, il y a de nombreuses précautions à prendre pour ne pas se faire bannir par Google. Pour le moment, contentez-vous d’un seul lien « dofollow » sur un site de bonne notoriété. Nous y reviendrons plus en détails dans un autre article.

Positionner une page à tous les coups !

Voilà, si vous suivez correctement cette méthodologie, vous parviendrez à positionner vos pages sur les moteurs de recherches et à, enfin, recevoir des visiteurs sur votre site ! A votre charge de les transformer en prospects puis, en clients !

Je veux être contacté pour en parler >>>

 

VIDÉO BONUS

Patrick DUHAUT

Expert e-business depuis 1993.
Électronicien de formation, puis informaticien depuis 1980, j’aime la technologie. C’est donc tout naturellement que j’ai consacré mon activité professionnelle au Web dès ses premiers pas.
Pendant ces nombreuses années, j’ai créé et monétisé des centaines de sites pour mon compte ou celui d’autres entreprises.
Au fil du temps et des expériences, je suis devenu un growth hacker.
Aujourd’hui, j’aime partager et transférer mon savoir aux chefs d’entreprises désireux de réussir dans ce nouveau monde numérique.